Les plus grands noms de la littérature Algérienne contemporaine sont à l’affiche pour cette rentrée littéraire 2018, de quoi satisfaire les plus exigeants des lecteurs.
Le Salon International du Livre d’Alger (SILA) se tenant depuis le 29 Oct. et ce, jusqu’au 10 Nov., nous avons sélectionné pour vous, dans le genre romanesque, les incontournables du plus grand évènement littéraire annuel en Algérie.

1 • Khalil, Yasmina Khadra, Casbah Editions

Khalil

L’auteur algérien le plus lu au monde revient avec un nouveau roman. Loin du soleil qui illuminait sa dernière fiction Dieu n’habite pas la Havane, c’est vers des cieux plus gris que Yasmina Khadra nous plonge ; dans l’esprit d’un homme tourmenté, dans les pensées d’un kamikaze.

2 • Nulle autre voix, Maïssa Bey, Barzakh

Barzakh

Auteure à succès, Maïssa Bey nous livre un roman touchant. Une jeune-femme ayant purgé quinze années de sa vie en prison pour le meurtre de son époux se dévoile à une écrivaine au fil des pages. A travers l’anti-héroïne, nous découvrons une libération par le crime que seules les femmes désabusées réclament.

3 • Le peintre dévorant la femme, Kamel Daoud, Barzakh.

Barzakh

Après avoir refait revivre l’Arabe de Camus, et après avoir entretenu la mémoire grâce à la plume de Zabor, Kamel Daoud offre à ses lecteurs un troisième roman : Le Peintre Dévorant la Femme. Le récit d’une nuit au musée Picasso de Paris : entre émerveillement, sensualité et révélations.

4 • Le Train d’Erlingen ou la Métamorphose de Dieu, Boualem Sensal, Gallimard.

Gallimard

Après 2048, Le Train d’Erlingen est un roman à mi-chemin entre fantasmagorie et épistolaire. Erlingen, bourgade allemande isolée de tout, se fait envahir par un ennemi invisible qui a déjà mis le monde à feu et à sang. Les habitants sont habités par la terreur et se soumettent à l’ennemi indésignable.
Avec symbolisme et subtilité, Boualem Sansal decrypte le monde dans lequel on vit et nous embarque dans des réflexions métaphysiques profondes.

5 • Les Yeux de Mansour, Ryad Girod, Barzakh


Le troisième roman de Ryad Girod nous emmène en Arabie Saoudite. Tout Riyadh attend la décapitation d’un hérétique, Mansour. A travers cette condamnation, l’auteur s’interroge sur notre époque mais aussi sur l’Arabie. Il revient sur l’Histoire, convoque les grands maîtres soufis et nous pousse à la méditation sur la gloire perdue des arabes.

6 • Le naufrage de la Lune, Amira-Géhenne Khalfallah, Barzakh


Retour en Algérie avec le premier roman de la dramaturge et journaliste Amira-Géhenne Khalfallah. Elle nous y conte un épisode un peu oublié de la conquête française en Algérie. L’invasion avortée des côtes jijeliennes par les troupes navales de Louis VIX en 1664. Entre faits historiques et personnages de fiction, c’est un véritable voyage dans le temps que nous faisons au fil des pages.
Le titre tient son nom du navire échoué avec 800 hommes à bord : « La Lune »

Auteur : Djouher Mezdad

SHARE
Previous articleIneffable Magazine N°06

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here