Écrire sous le thème de l’art en Algérie m’a semblé aussi vague que son désert, aussi grand que l’immensité de ce que porte cette Algérie. Je me suis dite, parlons de RECYCL’ART ! Oui, oui, le recyclage existe chez nous et de ça s’est déclenché le mouvement RECYCL’ART.

Surcyclage, upcycling, écolo, les concepts sont aussi divers mais le résultat demeure UN ! D’une part, cette pratique permet de transformer les soi-disant « déchets » mais permet d’une autre part de sortir avec des produits qui lancent une multiplicité de « BOUCHES B ».
« C’est l’art de la pensée libre et osée, l’abstraction des aspirations et des vécus », c’est ainsi que définit Manel Drarni sa pratique artistique. Sa start-up « 5 ART » est un projet d’art et de design responsable et contemporain, il s’investit principalement dans la protection de l’environnement à travers des activités touchants à la création, la formation, la sensibilisation, le leadership et l’évènementiel.
Manel, jeune diplômée en architecture et fondatrice du projet entrepreneurial « 5 ART » conçoit dans l’idée de « Pourquoi dépenser de l’énergie à polluer alors qu’on pourrait revaloriser cette dernière avec ce qu’on a déjà ? », elle considère l’art comme étant le moyen de transmettre un état d’esprit où les choses qui nous touchent les plus sont celles qui ont une âme et une histoire à nous raconter et qu’à travers l’art nous véhiculons des messages de paix et bien être.

Sans changer de cap, nous retrouvons Hela. Jeune diplômée en Pharmacie, écolo jusqu’au bout des angles, backpackeuse et aventurière. De sa passion pour le voyage tout d’abord et de son blog « Carnet d’exploration », elle joint l’utile à l’agréable en concevant des carnet de voyage, connus dans les pays anglo-saxons sous le nom de « Travel Journal ». Elle concocte des carnets à base de papier recyclé. Étant une personne manuelle, elle a toujours aimé le papier et le Do-It-Yourself.
« J’ai beaucoup écrit dans ma vie, mais quand je voyage c’est là où je consomme le plus de papier, avec le temps je ne voulais plus de carnets achetés en librairie, je voulais les faire moi-même, concevoir quelque chose qui me ressemble, qui reflète mes valeurs », me confie-t-elle.
Ayant l’esprit plus cartésien, on pourrait se demander « Quel avenir pour le recyclage en Algérie ? et le RECYCL’ART ? ». Manel nous dira « ça arrive, ça arrive . . . et ça ne peut aller que dans ce sens. » Alors que Hela Chaima Atatfa pense que du moment où on a mal pour certains objets qui partent à la poubelle alors qu’ils pourraient servir encore, alors pourquoi ne pas leur imaginer une deuxième vie ? Bouquets d’herbes, étagères et rangements, carnets de notes . . . etc, Manel Drarni la rejoint en disant que «Y en a pour tous les goûts et tous les genres. Toutes les couleurs sont au rendez-vous avec des styles déjantés […] Rien n’a commencé avec un accomplissement absolu. Le progrès nous mène vers l’accomplissement et rien n’a jamais progressé s’il n’a jamais commencé»

« Rien ne se perd, rien ne se crée, tout se transforme. Antoine Lavoisier », sur ce, à vos pépites artistiques mais surtout recyclables !

MENIA Rim – Nomad club

SHARE
Previous articleAlbert Camus
Next articlePATH

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here