Moscou, 14 juin 2018, dernier jour du mois de Ramadhan sur le calendrier hégire. Le coup d’envoi de la coupe du monde de football est donné au Stade Loujniki en Russie. L’arbitre sonne le glas d’un mois d’abstinences. Et comme les grands orages viennent souvent après les longues sécheresses, les fauteuils s’installent devant les écrans de télévision pour un mois de spectacle planétaire et d’orgies footballistiques. Du 15 juin au 15 juillet, le spectateur algérien, refusant de payer pour l’échec d’un sélectionneur national au talent usé, réussit à décrocher son ticket au bal des trente-deux nations qualifiées au mondial. Nous étions les premiers à nous rire de la déculottée arabe, à nous émerveiller de l’élimination fatidique des champions en titre, à crier au complot à chaque palier franchi par le pays organisateur. Par-delà le premier tour, notre expérience cathartique se poursuit et libère en nous le souvenir de la chaleur humaine et le besoin de pouvoir voter un jeune président, plutôt une présidente comme cette croate câline sans qui nous n’aurions pas avalé notre déception lors du sacre des Bleus. Ballon aux pieds ou dans les cœurs, l’Algérie sait toujours jouer au foot.

Le football en Algérie est plus vieux que le téléviseur ou le pétrole et est même antérieur à notre République algérienne. Les anglais inventent ce sport en 1860 et pas plus tard que la fin du XIXe siècle, l’indigène découvre, entre les pieds du colon, les premiers ronds de cuir alvéolés et gonflables. C’est à l’Oranais que se créent les premiers clubs de football. Citons, entre autres, Le Club Athlétique d’Oran en 1897 ou encore le Club des Joyeusetés d’Oran qui sont les doyens des associations de foot en Algérie. Le jeu grimpe en popularité et se répand sur tout le territoire algérien. Néanmoins, sa pratique reste fortement communautarisée, les clubs ne regroupant que des colons européens, des maures ou des juifs. Il faut attendre le Jour de l’An 1917 pour voir apparaître le premier club musulman sous le nom du Mouloudia Club Musulman d’Oran, ancêtre de l’actuel MCO. En 1921, un autre Mouloudia voit le jour, celui-là à Alger. Il rassemble encore aujourd’hui les habitants de la capitale sous la bannière rouge et verte du MCA.
Troquer son froc de marabout et ses babouches contre un maillot de foot et des crampons ne fait qu’alourdir le poids de la discrimination qui accable l’indigène. Conséquence inéluctable, les terrains de foot dressent un théâtre aux différentes revendications identitaires du peuple algérien. N’aurait-on pas pensé que le projet assimilationniste était l’enjeu de la rencontre France-Eire qui donna l’occasion à Abdelkader Ben Bouali de marquer les mémoires en tant que premier algérien à jouer en 1937 dans les rangs des Bleus ? La Bataille d’Alger bat son plein lorsque sur un scénario des plus épique, le modeste Racing Club Union d’El Biar inflige une défaite humiliante (2-0) au légendaire Stade de Reims de Just Fontaine, triple champion de France et champion d’Europe des clubs champions. Le football donne une leçon d’espoir et de détermination par cette rare mise en scène du triomphe mythique du nain sur le géant. Ce jour-là était un jour de fête pour Alger qui oublie le temps d’une heure et demi de olés et d’ovations le décompte des bombes et des morts. Toujours dans l’esprit du sportif-militant, des joueurs algériens évoluant dans des clubs prestigieux de la France métropolitaine forment en 1958 les Onze de l’Indépendance, plus connu sous le nom de l’équipe du Front de Libération National algérien de football. Non-reconnus par la FIFA, interdits de participation aux compétitions officielles, les compagnons de Rachid Mekhloufi et Mustapha Zitouni (tous les deux figurant sur la liste des joueurs présélectionnés pour représenter la France au mondial 1958) entreprennent une tournée mondiale de matchs amicaux et font connaître au monde le FLN et son combat pour la libération de l’Algérie. En 1962, l’Etat Algérien indépendant se dote d’une Fédération de Football qui s’affilie à la FIFA l’année d’après. Le palmarès algérien comporte jusqu’à nos jours une seule coupe d’Afrique des nations remportée en 1990 à domicile. Source d’une inépuisable fierté, rappelons la victoire historique des Verts (2-1) face à la RFA en phase de poule du mondial 1982 et leur élimination ourdie subséquemment par la Duplice austro-allemande.

La première vertu indéniable du football est le pouvoir qu’il a de rassembler les foules. De cela, découle-t-il, que par un simple détournement du sport-roi de ses finalités primaires et purement sportives, un moyen de manipulation des masses tombe entre les mains de qui sait s’en servir. Le football est alors outil de toutes les propagandes politiques ou une mamelle tendus au plus fortunés. La période coloniale offre ci-dessus l’exemple d’une instrumentalisation politique du jeu. Ensuite, il faut reconnaître au foot dans notre société la force par laquelle, comme la pratique outrancière d’un dogme, il installe le vide culturel dans la vie du footeux ordinaire en Algérie. La tête huppée et striée, le maillot 26 de Leicester City sur un corps tout sauf athlétique. Familier des cafétérias les soirées du dimanche jusqu’au samedi, il fait montre de tout ce qui reste d’esprit dans sa cabèche pour trancher en faveur du meilleur entre le vainqueur et le vaincu à l’issue d’un match. Dans le cas de la faune des stades, il n’y a pas d’espoir de modérer la caricature. On s’épargne les chicots, les araignées, les chants de supporters, les unes du Heddaf Douali, les diarrhées verbales sur les plateaux de télévision…etc. Pourtant, certains seraient toujours à même de prendre l’exacte mesure du désastre.

Auteur : Nassim zerka

1 COMMENT

  1. Comment peut-on parlé du football algérien sans citer la jeunesse sportive de kabylie. 6 titre internationaux 14 championnat et autres. Aussi sans combat ses valeurs et ses couleurs. Un parcours, une histoire un combat pour une identité réprimé et une histoire falsifié. Elle n’a pas seulement excellé dans le foot mes elle a su donner du courage à une jeunesse et à une génération.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here