©Sihem Salhi
©Sihem Salhi

La renaissance du patrimoine algérien a été provoquée avant tout par un esprit artistique, autrement dit, par les réalisations et les créations pertinentes des artistes, visant le renouvellement et la préservation de la fortune du pays mère : l’Algérie.

Ce renouvellement a connu des modulations de la part du genre féminin, qui a marqué l’époque moderne, voire le monde culturel et artistique entier, grâce à la présence massive des femmes et leurs engagements au sein des multiples filières : la poésie, la sculpture, la musique…etc; en changeant l’idéologie masculine dominante par la fondation de la nouvelle vogue du patrimoine algérien au mode féminin.

1- Un patrimoine porté

Haïk à titre d’exemple restera toujours l’image originale et authentique de la femme algérienne de souche. En effet, les derniers mouvements et manifestations féminins optent pour cet habillement afin de préserver les coutumes de la femme algérienne traditionnelle ; nous citons comme témoignage la sortie culturelle féminine à la casbah le 8 octobre 2016, en commémoration des événements du 17 octobre 1961. De surcroît, cet acte a marqué les 48 wilayas dans des occasions distinctes et jours fériés, visant une consolidation des traditions et des mœurs, malgré l’effet immédiat des tendances occidentales qui ont pu changer les modes de vie maghrébins, mais ces actes féminins confirment que la culture verum persiste constamment.

Le style vestimentaire est l’un des constituants de l’identité, c’est pourquoi, les organisations féminines ont pris en charge cet habit afin de rendre hommage au mode d’habillement des ancêtres qui a disparu en ce temps. Les Oranaises quant à elles ont profité de l’occasion du 8 mars de l’an dernier afin de glorifier l’image féminine issue de l’Algérie traditionnelle.
Ces mouvements se sont ensuite affinés en prenant en considération la préservation des mœurs de chaque zone. En outre, la variété de style d’habillement qui caractérise chaque wilaya : Chedda de Tlemcen, les robes kabyles…etc. est considérée comme une preuve de la diversité culturelle au sein d’un seul territoire, le territoire algérien. Cette forme du patrimoine subsiste en dépit de toutes les progressions et les évolutions perpétuelles, comme étant une preuve d’enracinement qui affirme l’appartenance.

2- Chantons notre patrimoine !

L’art féminin aspire à célébrer la femme algérienne à travers des différents moyens ; en affirmant son rôle et sa fonction, grâce à ses missions pertinentes qui ne cessent d’éclore et d’évoluer, en diversifiant le mode et le ton afin d’épanouir l’idéologie féminine algérienne, en but de vanter le patrimoine des origines voire, de l’Algérie ancienne en mode moderne.

La femme algérienne a apporté un charme incontestable au patrimoine algérien par des chansons et mélodies distinctes, dérivées de l’esprit andalou prenant en charge l’engagement de l’élite féminine en vue de réaliser une image rétrospective de l’Algérie traditionnelle.

Sihem BENKENOUCH est un véritable exemple de l’art moderne qui mêle à la fois le chant andalou et les contes en genre poétique afin de représenter la culture algérienne authentique et son historicité à travers un style moderne.

Cette conteuse a marqué le patrimoine algérien par son recueil poétique intitulé Semaaenda… Contes et chants du Maghreb, en visant l’union du Maghreb en général, par des musiciens tunisiens et marocains, mais aussi de l’Algérie en particulier par des instrumentistes algériens de différentes wilayas.

Auteur : Nadjet Benadda

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here