« Fille du Sahara qui chante l’opéra, c’est presque impossible mais c’est vrai »
Disait Tatiana Sergueeva

Une chanteuse classique avec une voix de velours, pour tous les gens qui entendent la voix de Fairouz, il est impossible d’y rester indifférent. Une voix que l’on peut distinguer entre des milliers d’autres, possédant à la fois les cordes vocales de soprano et la résonance de mezzo, une voix aiguë et sombre en même temps.

Son amour pour la musique a commencé quand elle avait 11 ans, lorsque son père l’appelle pour lui montrer une chanteuse d’opéra qui passait à la télévision. Elle était belle, toute de blanc vêtue avec une longue chevelure blonde et bouclée. Elle l’avait littéralement hypnotisée par la beauté de son chant et sa voix sublime. A ce moment elle a compris que c’est cela qu’elle voulait faire.

Sa source d’inspiration est sa tendre enfance, l’amour dans lequel elle a grandi ainsi que sa terre natale pour laquelle son attachement ne fait que grandir.
Fairouz a grandi dans une famille très ouverte. Ses parents sont de véritables mélomanes. Chez eux, ils écoutaient tout aussi bien les valses de Strauss, le chœur de l’Armée rouge, Jacques Brel et Edith Piaf que les musiques algériennes et orientales. À chaque anniversaire, son père sortait son accordéon pour animer la fête. Et c’est elle qui l’accompagnait en chantant et en dansant, le bonheur pour elle était ces moments qu’elle partageait avec sa famille.

L’opéra est un art étranger à la culture algérienne, malgré cela, Fairouz s’est intégrée dans le chant lyrique dans un pays qui est loin de ce genre musical. Son admiration pour ce chant sublime est restée latente en elle jusqu’à ce qu’elle rencontre une véritable mère spirituelle et une des rares professeures de chant classique en Algérie : sa professeure de chant « Tatiana Sergueeva Saouli », à laquelle elle témoigne toute sa gratitude.

Afin de construire une carrière internationale, Fairouz a quitté son pays pour réaliser son rêve, celui de chanter dans le monde entier en interprétant les plus beaux airs d’opéra et en représentant son pays avec les chants traditionnels de notre riche et beau patrimoine. Tel était sa mission et elle continue de l’honorer avec dévouement.
Récemment, Fairouz a été invitée par le Wali d’Alger pour donner une performance à l’opéra « Boualem Bessaieh », ce qui fut pour elle un immense plaisir et un grand honneur, surtout que cela lui tenait à cœur de se produire en récital à l’opéra d’Alger. Grâce à cette opportunité, elle a interprété en première partie, le répertoire classique et en deuxième, le répertoire traditionnel arabo-berbère. Lors de cette représentation, elle a été accompagnée par l’exceptionnel pianiste canadien « Dominique Boulianne », qui dit qu’ : « elle a une voix particulière, très chaude et ronde. On sent le désert à travers sa voix et évidemment c’est très rare, c’est la seule de son espèce, une voix très large et longue qui peut être classifiée dans différents registres musicaux »

Le message que Fairouz souhaiterait véhiculer à travers sa musique est un message de paix, d’amour et de tolérance ; c’est une invitation à la vie. Son dernier mot aux jeunes artistes est de croire en eux, en leurs passions et en leurs rêves. Comme disait Walt Disney: « Si vous pouvez le rêver, vous pouvez le faire ».

Auteur : Mustapha Islem

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here